Changement climatique et connaissances autochtones: Un atout méconnu

11 décembre 2018 2166 60 Pas de commentaire

Description

Après avoir l’école coranique au Mali, Yacouba Sawadogo est rentré dans son village au Burkina Faso où il s’est lancé dans le commerce et il a prospéré dans cette activité. Au même moment, il remarqua que la terre était dégradée là où il habitait et que les gens se déplaçaient dans d’autres régions, car rien n’y poussait.

Yacouba a alors commencé à expérimenter et à adapter la méthode du « zaï » pour récupérer les terres dégradées et cela a marché. En 40 ans, il a transformé une quarantaine d’hectares de terres complètement dénudées en une forêt de 90 espèces d’arbres dont beaucoup sont utilisées en médecine traditionnelle.

« Une terre n’appartient pas à une seule personne, mais à plusieurs générations. C’est pourquoi nous devons en prendre soin et ne pas penser seulement à nous individuellement. Je vous s exhorte à en prendre soin, à la préserver car les richesses d’une terre sont infinies », dit Yacouba.

Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *